Sélectionner une page

 

Depuis six mois, la société valaisanne Alpinte a lancé deux verres à bière avec le Cervin en fond. Un objet sans équivalent qui explique des ventes de plus en plus exponentielles. Jérémie Pannatier et Nicolas Palazzo ont d’autres idées montagnardes en tête.

 

Ils gravissent les faces du succès en ne lâchant pas prise, Jérémie Pannatier et Nicolas Palazzo. Voici un gravier de rocher (une année terrestre), le duo médiatise Alpinte. Une idée simplissime dans sa beauté : réaliser des verres à bière avec le Cervin en fond intérieur. Pas de l’approximatif, hein, une représentation hyperréaliste à l’échelle 1 : 40 600.

Du déjà vu ? Justement non !

« Avant de nous lancer, nous avons bien regardé si cela existait déjà. Et nous n’avons pas trouvé d’équivalent », me renseigne Nicolas Palazzo, justement devant une petite mousse, dans un bar sédunois.

Alpinte, une idée qui a germé début 2017 et qui s’est concrétisée depuis mars 2019. Le temps de trouver la meilleure technique et d’obtenir un rendu optimal.

 

Du Alpinte dans le monde entier

Depuis, chacune/chacun souhaite lever le coude avec le Cervin « à portée de main ». Sociétés, cadeaux d’entreprises, jubilaires, particuliers, les demandes/commandes sont en pleine ascension. Les deux modèles Alpinte (Le Summit et le Hornli Hütte) mettent à forte contribution les facteurs de La Poste. Il s’en est déjà envoyé dans 22 cantons suisses, il s’en est exporté en France, en Belgique, en Pologne et… au Canada. « Il s’agit de quelqu’un qui avait travaillé cinq ans en Valais et qui en avait la nostalgie », se rappelle Nicolas.

Hors commerce numérique, Alpinte place ses Cervins dans des magasins dont le prestigieux Swisstaste shop du Gornergrat. « Toute la première série de verres placée a été vendue en quelques jours. »

Jérémie et Nicolas, via leur site, grâce aux réseaux sociaux, en écoulent une moyenne de quinze pièces par jour.

Devant une telle cadence, Alpinte engage deux options de production. L’artisanale – pour des séries spéciales – utilise les compétences d’un souffleur qui met vingt minutes pour réaliser un verre. Une seconde, plus rapide, se situe hors frontières avec « un producteur spécialisé » Quoi qu’il en soit, « toutes les pièces sont soufflées à la main ».

Cette entreprise naissante n’est pas sans créer quelques angoisses d’espaces.

« Au début, je stockais les verres dans mon studio, puis dans un garage appartenant à ma grand-mère, nous avons fini par louer une petite surface dans un entrepôt », continue Nicolas.

En dehors de leur travail « sérieux », le tandem bosse à 120 % et surtout il s’autofinance. « Nous n’avons pas d’investisseur. Sur le long terme, nous commençons gentiment à rentrer dans nos frais… » Chacun retrousse les manches selon ses talents. Jérémie se charge de l’aspect graphique et du design. Nicolas expédie et promeut. « Je ne réalise pas une sortie en montagne sans prendre dans mon sac un verre. Je fais sans cesse des photos, je les poste sur les réseaux… »

Tu l’as pigé à l’instinct, l’Alpinte conjugue deux sommets d’intérêts : les Alpes et la bière. « Depuis 5 ans, je suis passionné par les bières artisanales. À l’étranger, j’ai été visiter des brasseries en Uruguay, en Argentine, aux États-Unis et surtout en Espagne où j’ai effectué un stage. » Lorsque Nicolas revient sous les latitudes helvétiques, il rêve malt et houblon, le projet fermente… un peu trop longtemps.

« Mon ami Jérémie me dit alors: “Si tu faisais une brasserie, il faudrait avoir des verres avec les Alpes dedans!”… La brasserie n’est pas encore d’actualité, le verre l’est devenu! »

Un vote serré pour déterminer la prochaine gamme…

Ce qui représente par ailleurs le projet sur le long terme d’Alpinte. Le soleil de la société se réveillera sur bien d’autres monts annoncés. En automne 2019, la Dent Blanche a été élue comme digne seconde montagne. « Cela a été une bataille serrée, un peu menée par les Offices du Tourisme qui poussaient aux votes, entre la Dent Blanche et les Dents du Midi. » Des verres à whisky et à schnaps – pour varier les alcools contenus – enrichiront l’offre.

Dans la catégorie « petit détail qui réjouit la Planète », sur chaque exemplaire vendu, 1 franc part dans les caisses de l’association veveysanne Summit Foundation. Son combat – qui porte sur la protection de l’environnement et la lutte contre les déchets en montagne -correspond aux valeurs d’Alpinte. « Nous l’avons aussi choisie car on l’a remarquée très présente sur le terrain, très impliquée ».

Jérémie – pour le moment à l’étranger – et Nicolas (en face de moi) se focalisent tellement sur les finitions de leur œuvre qu’ils en oublient de se mettre en scène eux-mêmes. Visite leur page FB en intégralité, pas une maigre photo des sieurs. Leurs noms ne figurent même pas sur leur site ! Une telle discrétion à l’heure du selfie boulimique, cela mérite que tu lèves ton verre à leur santé !

 Joël Cerutti

Photos fournies par Alpinte

Site

Page FB

PS: Tu te doutes bien que le Cervin se retrouve sur bien des emballages ou sous des formes diverses. Il y a deux ans, une exposition t’en disait plus: clique.

Cet article se partage comme un plaisir de randonnée et une bonne bière. Sers des tournées autour de toi, sur les réseaux ou de vive voix! Mille mercis.