Sélectionner une page

 

Le vendredi 5 juin 2020 s’ouvre à Granges un café-bar culturel nommé le Kasse-Noisettes. Sa patronne y organise un ballet entre produits locaux et concerts. Fabien, son tatoueur de mari, aménage le salon Netha Creation Tattoo juste au-dessus.

 

J-3, Gaëlle Abbet-Bianco sent les flopettes des grenouilles du trac dans son ventre. Le vendredi 5 juin 2020, elle ouvre Kasse-Noisettes, un café-bar culturel dans la Z.I. Mangold 5 de Granges. Comme à chaque veille d’inauguration, 23 789 ou 23 790 petits détails attendent leurs résolutions. « Et à la base, ce n’est pas mon domaine ! », dit-elle avec la vaillance des culottées à qui le destin sourit immanquablement. « À la base », Gaëlle sort de l’animation socioculturelle, elle a potassé l’histoire de l’Art, passé un Master sur la muséologie. Dans quelques jours, Gaëlle assurera le service, jouera de la tireuse à bière, turbinera en face de la machine à café. Elle et son mari Fabien comptent sur la compréhension de la future clientèle pour ses premiers pas. Et puis la détermination, cela enlève les obstacles.

Combiner les passions

Depuis le temps qu’elle en parle de son projet« Cela doit faire dans les deux ans. Je voulais combiner mes passions pour la cuisine, le goût, les productions locales et la culture… », décrit Gaëlle. « C’est une épicurienne dans l’âme ! », confirme Fabien. Comme Bashung, elle a dû tellement rêver trop fort que ses proches n’en pouvaient plus. D’où le nom de Kasse-Noisettes pour ne pas évoquer d’autres bijoux de famille. « Dans la pâtisserie, j’adore aussi utiliser des noix ou des noisettes grillées », ajoute-t-elle. Bref, Kasse-Noisettes réunit sous un même toit « tous les mondes qui m’attirent ».

La carte des bières émerge des cuves valaisannes et la scène se destine aux artistes du cru (ou hors frontières). Gaëlle imagine des mercredis ouverts au théâtre, à l’impro, au stand-up. Les jeudis rythment les apéros en musique, les week-ends se dédient aux concerts. Niveau du vécu de l’estomac, un food-truck se gare le vendredi devant Kasse-Noisettes. « C’est un lieu ouvert à toutes les collaborations », espère Gaëlle qui a encore en tête des expositions, des conférences. Des bibliothèques dispersées dans une décoration industrielle adoreraient accueillir des livres, des BD proposés par une librairie genre La Bulle 2.0. L’avenir a des horizons de collaborations, d’énergies participatives.

Trouver Kasse-Noisettes ne demande pas trop d’entrechats routiers. Que tu partes de Sion et de Sierre, en 10 minutes, tu repères le panneau blanc « Z.I. Mangold ». Tu tournes, tu passes sous un pont, c’est là. Dans la Halle Faktories où turbinent déjà d’autres enseignes. Le coin favorise la moto Indian et ce qui gravite autour. Une autre société y signe des billards. Dans la surface de Kasse-Noisettes même, Road Sweet Road Records vend des vinyles, programme les afterworks en musique et des concerts.

Univers Tattoo

Surtout, Fabien investit l’étage supérieur avec Netha Creation Tattoo. Aux côtés de deux autres artistes (Marie et David), il t’enjolive l’épiderme. Son talent explose la baraque et son agenda était jadis booké sur un an et demi. « Mais c’est fini ! J’ouvre les rendez-vous sur trois ou quatre mois et quand c’est plein, je ferme les réservations. » Fabien ne pouvait qu’encourager Gaëlle à se lancer. « Quand je me lève le matin, c’est pour faire ce que j’aime ! » Fabien entend aussi réaliser des événements autour du tattoo : des expositions, des tatoueurs invités de l’étranger, des captations en direct. Le monde attire le monde, la clientèle devient interactive. « Ce sera un chouette mélange ! Je voulais que nous collaborions avec Gaëlle », assure Fabien, très investi en heures dans sa passion. Je les soupçonne d’être à quelques marches d’escalier l’un de l’autre pour se voir plus souvent ? Ils se marrent franchement, fort contents d’être démasqués !

Joël Cerutti

Sites :

https://www.kasse-noisettes.com/

https://www.netha-creation.com/

 

Tu pourrais aussi aimer :

Carole Michelet, patronne du Bourgeois à Riddes : « J’adore le coup de feu au service ! »